Validé cliniquement

Grande ortie: Remède naturel contre la prostate (élargissement bénin)

La grande ortie est utilisée pour soigner l’hyperplasie bénigne de la prostate à un stade relativement précoce (dites “stades 1 et 2”).

Comment s’en procurer?

Cueillette

L’ortie est si courante que vous aurez de la peine à ne pas en trouver ! Ses racines sont parfois difficiles à déterrer, surtout en sols secs : munissez-vous d’une solide fourche-bêche, voire d’une petite pioche.

Culture

L’ortie est également très utile au jardin et sa culture est possible par semis ou plantation de fragments de racines. Particulièrement envahissante sur sol frais riche en humus et en azote, on la limitera en la transformant en délicieuses soupes et autres beignets.

Récolte et conservation

Racine : sécher soigneusement puis réduire en poudre (moulin à café).

Mode d’emploi

Préparation, dosages

1,5 gramme de racine sèche en poudre (1 cuillère à café), en infusion, 3 fois par jour.

Autres indications

La grande ortie a été proposée pour le traitement de la rhinite allergique ; une étude rigoureuse a montré un effet légèrement supérieur au placebo dans cette maladie. Urtica dioica a aussi été testée, avec succès, en application locale pour soulager les douleurs chroniques (type arthrose) de la base du pouce, mais c’est évidemment le genre de traitement qui demande beaucoup de motivation!

Durée du traitement

Si les symptômes restent modérés et qu’il n’y a pas de nécessité de passer rapidement à un traitement plus énergique, il vaut la peine d’essayer la cure d’ortie pendant 6 mois : le bénéfice du traitement peut en effet se manifester progressivement.

Utilisation traditionnelle

Diurétique et antiseptique, reconstituant. Dans certaines affections de la peau. Hémostatique. Les feuilles d’orties jeunes sont un excellent légume à cuire.

Effets secondaires

Quelques troubles gastriques passagers.

Contre-indications, précautions et interaction

Aucune connue.

La plante

Nom

fr: Grande ortie / Ortie dioïque | en: Stinging nettle | de: Grosse Brennessel | es: Ortiga

Type de plante

L’ortie est une herbacée à racines persistante.

Signes distinctifs

Poils urticants provoquant une sensation de brûlure au toucher. Racine jaune vif, fleurs minuscules en grappes vertes.

A ne pas confondre

Deux autres orties, plus petites (U. urens et U. pilulifera). Confusion sans conséquence mais efficacité non garantie. Bien d’autres plantes ressemblent à l’ortie (les lamiers par exemple, qui sont sans danger) mais ne piquent pas et leurs racines ne sont pas jaunes.

Références

Références scientifiques

Les hormones mâles (androgènes) jouent un rôle dans l’accroissement de la prostate, lequel serait responsable de la gêne à l’écoulement de l’urine. Or des études en laboratoire ont montré que la grande ortie inhibe l’effet des hormones mâles précisément au niveau de la prostate, ce qui serait responsable de son action thérapeutique. Les études cliniques portaient malheureusement sur des traitements combinés d’ortie et d’une autre plante, Pygeum africanum ou Sabal. Il est donc difficile de distinguer l’effet propre à l’ortie dans ces études, d’autant plus que ces différentes plantes peuvent éventuellement agir en synergie.

Autres traitements pour les troubles urinaires

Courge

Courge

Validé cliniquementCourge: Remède naturel contre la prostate (élargissement bénin)La courge permet de soigner l'hyperplasie bénigne de la prostate à un stade relativement précoce (dites "stades 1 et...

lire plus
Canneberge

Canneberge

Validé cliniquement Canneberge: Remède naturel contre la cystite Une étude randomisée contrôlée en Finlande avec suivi sur un an a montré que celles qui prenaient quotidiennement du jus de...

lire plus
Airelle

Airelle

Validé cliniquementAirelle: Remède naturel contre la cystiteUne étude randomisée contrôlée en Finlande avec suivi sur un an a montré que celles qui prenaient quotidiennement du jus de d'airelle...

lire plus

Consulter nos remèdes naturels 

Plus de 30 plantes médicinales et autres remèdes naturels validés par des études cliniques comparatives.